Vous êtes ici

Les activités humaines

Agriculture

L'activité principale du site est l'agriculture avec 8 exploitants identifiés au maximum, pour une surface de 162,23 hectares déclarés à la PAC (46 % du périmètre d’étude).

Les cheptels sont exclusivement bovins, pour la production de lait et/ou de viande. La taille des exploitations va de 130 ha à 40 ha pour des chargements moyens situés entre 1.9 UGB /ha et 0.5 UGB/ha. La prophylaxie des animaux est extrêmement variable d’une exploitation à l’autre, allant de pratiques privilégiant l’immunité naturelle (sur les mères) au vermifuge systématique 1 à 2 fois par an de tout le troupeau, avant l’entrée ou à la sortie de l’étable.

Sur les versants, certaines parcelles sont utilisées en parcours, en raison de l’abondance d’arbustes, fougères ou genêts, mais aussi de la pente et de la présence d’affleurements rocheux. Non éligibles à la PHAE2 selon les critères départementaux, elles sont dès lors considérées comme « peu productives » ; les bêtes n’y font qu’un ou deux passages entre deux pâtures plus conventionnelles.

Les parcelles mécanisables sont pâturées, fauchées (1 à 2 fois par an) et amendées (chaux + azote chimique + azote organique). Globalement, les taux d’azote total restent bien en-deçà des 125 UN de la PHAE2. Les parcours sont fertilisés par les déjections au pâturage uniquement. L’entretien de la végétation sous les clôtures est mécanisé à des degrés divers, le recours aux herbicides n’étant jamais exclu. L’écobuage est localement pratiqué pour le contrôle de la Fougère aigle, lorsqu’elle couvre toute la surface d’une estive.

Les pâtures dans la vallée ou situées rive gauche sont protégées par un maillage bocager assez dense (linéaire total : 17,6 km), mêlant ripisylve (le long de la Cère et des ruisseaux), alignement d’arbres de haut jet et haies bi-stratifiées (arbres + arbustes). De manière générale, ce réseau de haies relie assez bien les espaces boisés des pentes avec le talweg où coule la Cère.

Globalement, pâturage et fauche permettent de maintenir des milieux ouverts ou semi-ouverts, fortement producteurs d'insectes. L'intensification des pratiques d'élevage, avec notamment augmentation du niveau de fertilisation des prairies (banalisation de la flore prairiale), des surfaces en cultures fourragères et du recours aux produits phytosanitaires (vermifuges, insecticides, herbicides) induisent de forts risques de diminution de la qualité générale du site : pollution des eaux, diminution de la production d'insectes, accumulation de molécules chimiques nocives dans les chaînes alimentaires etc.

Natura 2000 devra aider au maintien (voire à la réappropriation) des pratiques d'élevage qui ont façonné jusqu'à aujourd'hui cet environnement rural diversifié et de qualité.

Sylviculture et forêt

Le périmètre Natura 2000 comprend des espaces boisés d'assez belles surfaces, notamment autour de Malbec, dans le vallon du Tourcy, la vallée de la Cère des Colombes à Antérieux (Pas de Compaing) et au niveau du chaos de Casteltinet. A l'exception des environs de Lagoutte, le site apparaît donc très boisé, et la superficie cumulée des forêts ou bosquets atteint 121,96 ha (soit 34% du périmètre d’étude). Pourtant ces espaces sont peu valorisés du point de vue sylvicole, à l’exception d’une production de bois de chauffage et de bois de charpente localisée sur quelques propriétés relativement accessibles. Cette exploitation se fait soit dans le cadre d’initiatives individuelles (coupes sélectives et ponctuelles) soit par des entreprises suite à un démarchage des propriétaires. Dans le second cas, les bois sont exploités en coupe rase.

Urbanisation et aménagement

Le site intègre deux villages principaux, Lagoutte et Niervèze, plus un ensemble de bâtiments plus ou moins isolés, essentiellement à usage agricole (les Colombes, Malbec, Laubret, Antérieux).

Le potentiel de nouvelles constructions à usage d'habitation est faible au regard des dispositions d'urbanisme en vigueur, liées aux zonages agricoles et naturels très majoritaires dans le secteur. Seuls y sont autorisés les extensions, les rénovations, l’adaptation de constructions existantes ainsi que les installations et bâtiments nécessaires à l’activité agricole ou forestière. Les constructions neuves apparaissant peu favorables aux chauves-souris, c'est sur les éventuels travaux de rénovation du bâti ancien que propriétaires, collectivités et opérateur local Natura 2000 auront à collaborer pour conserver un réseau de gîtes permettant le maintien sur le site de la méta-population de chiroptères.

Production et transport d'énergie

Deux lignes moyenne-tension traversent le périmètre Natura 2000 pour desservir la vallée depuis le Lioran. La principale ligne court le long de la Cère; une ligne secondaire en remonte au niveau des Colombes / Manhes-Bas.

Réseaux de communication

On note l’existence d’une antenne relai de téléphonie mobile en limite du périmètre Natura 2000, au niveau du Cher.

Réseau routier

Le site Natura 2000 est traversé en son centre par la route nationale n°122 irriguant tout le département de Massiac à Figeac dans le Lot, en passant par Aurillac et Murat. Sur cet axe structurant, le trafic y est très dense, avec des pointes accentuées en période estivale (+ 5 000 véhicules en moyenne / jour – chiffres 2005, trafic en augmentation). Cet axe prioritaire de desserte fait régulièrement l'objet de travaux de réfection et d'amélioration de la sécurité.

Le site englobe également un réseau de routes communales et de chemins d'exploitation, servant à accéder aux différents villages et lieux-dits.
De petits ouvrages d'art (ponts) permettent la traversée des ruisseaux affluents et de la Cère, à partir des voies communales. Ils sont tous de facture récente, de même que le pont de la route nationale sur le Tourcy.
Les risques de mortalité routière encourus par les chauves-souris étant désormais avéré et potentiellement élevé, il sera intéressant d'en évaluer l'existence et l'ampleur sur le site.

Réseau ferroviaire

Longeant la Cère sur l'autre versant, en face de la route nationale, la ligne de chemin de fer Arvant / Aurillac fait presque la limite sud du site Natura 2000. Sa trajectoire lui fait emprunter 7 ponts (dont un viaduc) et 2 tunnels ; une maison ferroviaire désaffectée, située en-dessous de Niervèze, abrite d'ailleurs une des colonies de Petits Rhinolophes. Propriété du CEN Auvergne, elle a fait l'objet d'aménagements garantissant la sécurité des promeneurs et la tranquillité des chauves-souris.
Malgré un trafic ferroviaire existant mais peu dense (transports de passagers), les tunnels ont un potentiel d'accueil théorique pour les chauves-souris en période hivernale, dans les disjointements de la maçonnerie et/ou les drains-barbacanes peu suintants. Il conviendrait d'en confirmer ou non l'intérêt pour les populations de chauves-souris présentes dans le secteur (autres que Petit Rhinolophe).

Tourisme

Côté tourisme, les deux communes bénéficient pleinement de l’attractivité des reliefs du volcan cantalien, tant en été qu’en hiver.
Les hébergements touristiques existants représentent environ 2 100 lits et affichent un taux de remplissage globalement très bon depuis plusieurs années. Ils sont constitués d’hôtels, de gîtes, de chambres d’hôtes ou de locations meublées (classés Gîtes de France, Clévacances ou non classés) et de campings municipaux. Sur Saint-Jacques se trouvent également 3 centres de vacances.

A noter que le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne et l’association « Niervèze hameau d’hier et d’aujourd’hui » gèrent un écomusée à Niervèze, constitué d’une chaumière (« chaumière de Granier ») et d’un moulin rénovés. Ces deux bâtiments sont ouverts aux visites du public en saison estivale. Situé à proximité du périmètre de site se trouve également le chaos de Casteltinet, site naturel attractif d’un point du vue touristique.

Activité cynégétique et pêche

Les pratiques cynégétiques s’exercent sur le site, riche en gibier : cerf, chevreuil, sanglier, chamois et mouflon y sont chassés (les ongulés faisant l’objet d’un plan de chasse limitant les prélèvements). Le lièvre est présent mais relativement rare. Les pratiquants sont essentiellement des résidents de la commune, ou des personnes y ayant des attaches familiales.
Une réserve de chasse volontaire a été instituée par l’ACCA de Thiézac, de Lagoutte à Niervèze en descendant jusqu’à la Cère.
La pêche est peu pratiquée puisque l’AAPPMA de Cère et Goul a instauré une réserve de pêche sur le cours de la Cère (de la confluence avec le ruisseau de Bournioux au lieu-dit Les Blats jusqu’à la passerelle de Maisons Rouges sur St Jacques-des-Blats) et sur la totalité des ruisseaux de Niervèze et de Bournioux. Les autres affluents sont pêchés pour la truite (gestion patrimoniale des populations).

Autres loisirs

La randonnée est essentiellement pédestre, très peu de cavaliers ou de VTTistes fréquente le secteur de la vallée. Un sentier aménagé traverse le site Natura 2000 à hauteur de Niervèze, pour rejoindre le bourg de Thiézac par Antérieux et Lagoutte, en passant par le chaos de Casteltinet (circuit de la « Porte du Lion »). Le GR©400 passe également à Lagoutte, ainsi qu’à Laubret pour monter dans le vallon du Pas du Roc.
En hiver, ces sentiers sont peu fréquentés pour la randonnée nordique ou en raquette, l’essentiel de la fréquentation se diffusant comme en été, sur les reliefs du Puy Griou, du Font de Cère, du Lioran et du Plomb du Cantal.
La commune de Thiézac a pour projet d’améliorer la valorisation du chaos de Castellinet, situé en bordure sud du site Natura 2000 de Compaing. Lieu touristique aujourd’hui très boisé, il serait question d’y réimplanter l’activité agricole présente autrefois. Un déboisement et un entretien par pâturage permettraient une meilleure visibilité sur le chaos. Mais d’autres idées d’aménagement sont également avancées, sans relation avec l’agriculture (ex. théâtre de pleine nature). Le chaos étant situé sur un bien de section, la municipalité attend de mûrir son projet, d’en étudier la faisabilité technique et financière avant de communaliser la parcelle.
La circulation de véhicules motorisés de loisirs est en relative augmentation (surtout les quads) dans le secteur mais ne semble pas poser de problème jusqu’à présent. Néanmoins, un arrêté municipal a été pris sur Thiézac au niveau du chemin permettant l’accès au moulin de Niervèze, un autre au niveau du GR400 pour l’accès au chaos de Casteltinet.
Selon toutes vraisemblances, les activités de loisirs observées sur le site ne génèrent pas de perturbation pour les colonies de chauves-souris.